Ce site nécessite JavaScript. Merci d'en autoriser l'exécution.
Please enable JavaScript in order to use this web site.
Pour revenir à la newslettre, cliquez ici
René la taupe

L'exception culturelle française
Partagez cet article :



la danse des canardsSi vous questionnez un touriste qui parcourt les routes de notre pays concernant l'élément qu'il faut citer afin de décrire la France, vous entendrez : "Versailles", "Les Châteaux de la Loire", "Les grands crus de Bourgogne", "les grands couturiers", "La rentrée littéraire et ses centaines de titres publiés et oubliés dès la seconde semaine de parution", "La Nouvelle Vague", "Michel Drucker", "Gérard Depardiou"... Bref,  vous compléterez la liste et barrerez les mentions inutiles. A ces éléments qui font la grandeur et la renommée mondiale de notre réputé pays, défenseur des arts, du bon goût et du style avec un grand S, espérons que le visiteur lambda ne sera pas tombé cet été sur cette donnée essentielle à la compréhension de notre culture tricolore, ce moment de gloire du paysage culturel français, ce must qui a fait fureur sur internet et les radios périphériques, j'ai nommé : René la taupe.
Car oui, camarades citoyens, Fauré s'est compromis avec Verlaine et Baudelaire, Boulez avec René Char et Stéphane Mallarmé, et le peuple français a, cet été, pulvérisé les records de téléchargement payant sur internet, les téléphones portables et a même envahi les ondes de la bande FM avec cet opus difficilement compréhensible pour les plus de quatre ans d'âge... Rassurons-nous, cette ode à un mammifère fouisseur obèse n'est qu'un épiphénomène , et la bestiole aveugle et pas sourde (on aurait préféré le contraire...) retournera rapidement dans sa galerie. D'accord, loin de l'unique coup commercial, la chanson française, c'est tout de même Brel, Piaf, Ferré, Nougaro, Adb Al Malik, mais c'est aussi, ne rougissez pas : la Pêche aux moules, La danse des canards et Ca plane pour moi. Bon, d'accord, les deux derniers exemples font preuve d'un manque certain de rigueur dans l'argumentaire puisque commis consciemment par des représentants de royaume de Belgique... Il n'empêche, L'auteur de la Danse des canards (depuis les Menuets de Lully, on avait pas connu tant d'agitations sur les pistes de danse...) fut lors du triomphe de cet air, l'un des plus rémunérés de la Sacem ! D'ailleurs, la rumeur courait sur le fait que ce triomphe n'était qu'un vulgaire et incontestable plagiat car provenant de Charles Dumont et de son Mon Manège à moi !
Il faut bien le reconnaître, le goût musical français a quelquefois ses limites. Remarquez, ces succès sont interplanétaires et gangrènent les cinq continents, symptômes contemporains de la facilité qui l'emporte toujours sur la chose savante, c'est ainsi... L'être humain a quelquefois besoin de relâchement de de divertissement.
Il ne faudrait pas que cela dure trop longtemps tout de même...

F.D.