Ce site nécessite JavaScript. Merci d'en autoriser l'exécution.
Please enable JavaScript in order to use this web site.
Pour revenir à la newslettre, cliquez ici
La Grande Guerre

On n’y échappera pas



centenaire-680x382Nous évoquons ici, nous l’espérons, les célébrations du centenaire de la grande guerre 14/18 qui jalonneront cette année d’anniversaire du début du conflit.

En ce début de mai, période insouciante qui voit fleurir le muguet et les premières cerises, en 1914 beaucoup de nos aïeuls étaient loin d’imaginer le déluge de feu et de sang qui les submergeraient pendant quatre longues années. Dans les milieux culturels, on se remet de la création le 29 mai 1913 de la création le Sacre du printemps d’Igor Stravinsky qui provoqua un scandale au théâtre des Champs-Élysées. Le sacre avant la massacre ? Les théâtres parisiens et de province mettent à l'affiche les programmes où se côtoient les grandes œuvres Wagnériennes, celles de Beethoven ou les Contes de ma Mère l'Oye de Maurice Ravel (1911). Côté caf'concs, on apprécie les débuts de Maurice Chevalier ou de la chanteuse Frehel et surtout la musique est popularisée grâce aux kiosques des parcs qui accueillent les musiques régimentaires et civils.

En cette fin de printemps 1914, qui peut alors penser qu’un conflit mondial est prêt à éclater et que la Belle Époque marquée par les progrès sociaux, économiques, technologiques et politiques s’achève ?

Pourtant tout bascule à Sarajevo le 28 juin 1914 avec les assassinats de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, et de son épouse Sophie.  Cet  événement sera le prétexte à une barbarie sans nom.

Cent ans plus tard, ce 28 juin 2014 à Sarajevo dans le cadre des commémorations internationales de la grande guerre, l'Orchestre philharmonique de Vienne donnera un concert sous la direction du chef d'orchestre autrichien Franz Welser-Möst et le chœur du Théâtre national de Sarajevo.
Pour les organisateurs et notamment l’Orchestre de Vienne "La commémoration devrait être liée à l'espoir d'un avenir pacifié dans un continent à nouveau uni".
On peut l’espérer puisque parait-il « La musique adoucit les mœurs ». On voudrait vraiment croire en cet adage proclamé par Aristote dans les années 330 avant J.C. Dommage que nous n’ayons pas d’enregistrements d’œuvres musicales de cette époque.

Reste les œuvres du début du XXème siècle composées avant et pendant le premier grand conflit mondial par des musiciens souvent mobilisés ou tout au moins engagés. Les célébrations nationales en France nous donneront l’occasion d’en réentendre certaines.
La Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, groupement d’intérêt public, recense l’ensemble des programmations labélisées « Centenaire ». Quelques unes sont consacrées à la musique. Notamment, à Péronne où l’exposition « Entendre la Guerre : sons, musiques et silence en 14-18 » est programmée jusqu’au 16 novembre. http://www.historial.org/
Egalement spectacle en tournée « La Grande guerre des musiciens » par La Folia, orchestre de chambre d'Alsace qui interprète  dans le spectacle Frank Bridge, Claude Debussy, Lucien Durosoir, Paul Hindemith, Fritz Kreisler, Maurice Ravel, Albert Roussel, Arnold Schönberg, Jean-Jacques Werner, Ralph Vaughan Williams, Eugène Ysaye, Enrique Granados, André Caplet et Arnold Trowell.
http://www.la-follia.org/la-grande-guerre-des-musiciens/

Retrouvez toutes les programmations sur le site
Mission centenaire 14/18 http://centenaire.org/fr

Y.R.