Ce site nécessite JavaScript. Merci d'en autoriser l'exécution.
Please enable JavaScript in order to use this web site.
Pour revenir à la newslettre, cliquez ici
BRASS QUICHOTTE

Un chevalier errant à pistons et palettes...



brass quichotteLes chevaleresques aventures et folles pensées du malingre Hidalgo de la Mancha, celui envoûté par le pouvoir des livres et qui déroule sa quête dans un univers parallèle, ont suscité bien des adaptations musicales. Les mélomanes retrouveront certainement dans leurs discothèques un exemplaire du poème symphonique de Richard Strauss, les envolées lyriques de Massenet, les mélodies de Ravel et Jacques Ibert  ou l’émouvant Jacques Brel qui cherche son inaccessible étoile…
Le compositeur Etienne Perruchon, qui voue un amour immodéré pour  la musique de scène et les illustrations sonores, a imaginé, avec grande poésie, un autre dispositif pour narrer l’étrange et tragique destin de ce Don Quichotte. Ce personnage hante depuis quelques années le prolixe catalogue d’Etienne Perruchon et ce Brass Quichotte fut érigé après une commande du Quintette de cuivres Alliance.  Souhaitant aller plus loin que les cinq soufflants associés, assis autour de cinq pupitres figés, les musiciens d’Alliance osent le costume et le maquillage et ce CD n’est, tout simplement, que le témoin sonore gravé d’un émouvant spectacle où le tuba devient le compagnon de route à la panse chargée et les fiers trompettes rivalisent d’audaces devant des châteaux de chimères à coups de traits hispanisants qui pourraient  aussi décrire l’ambiance d’une arène et la mise à mort d’un héros taurin.
Le défi était d’associer les mots à la musique, d’accompagner le récit par un décor musical.
Gant jeté avec brio avec par le compositeur qui réussit à placer le texte sous le récit du Quintette ou inversement, de faire sonner les mots par cinq pavillons cuivrés. Si l’on est privé du champ visuel imaginé pour la scène , l’intérêt pourtant demeure intact. La voix d’André Dussollier apporte la profondeur et le charme, et à son habitude, point trop n’en faut dans le jeu, la sobriété apporte la conviction. A l’image aussi du jeu délicat et raffiné du Quintette Alliance qui aurait pu mimer, à la caricature, les tonitruantes espagnolades mais qui semble avoir pesé chaque mot de Cervantès, et qui se place uniquement au service du compositeur et du sublime texte devenu un point d’espoir pour tous les grands rêveurs.

quintette allianceBrass Quichotte. Musique d'Etienne Perruchon. Textes de Miguel de Cervantès.
André Dussollier, récitant. Quintette Alliance.  CD BrassQuichotte/1    65 minutes.

Ce CD peut être acheté auprès du Quintette Alliance (voir le lien internet ci-dessous). Pour toutes informations : contact@quintettealliance.com.
Ou sur le Site internet des Éditions Robert Martin

Ecouter deux extraits de Brass Quichotte :
- l'Ouverture :
http://www.edrmartin.com/extrait-mp3-newslettre/nl_54_39e62.mp3

- Retour au village :
http://www.edrmartin.com/extrait-mp3-newslettre/nl_55_80b5a.mp3


crédit photo : Marie-France Montant


A DECOUVRIR SUR INTERNET
:

- le Quintette Alliance   

- Le Compositeur Etienne Perruchon

crédit photo : William Pestrimaux

etienne perruchon

Quatre questions à Etienne Perruchon :

- Comment illustrer les mots par les sons ? Comment trouver un équilibre dans ce format entre texte et récit musical ?

E.P. : Mon expérience de compositeur de musique de scène (depuis 30 ans) m'aide énormément pour ce genre d'œuvre. Chaque texte m'inspire automatiquement des idées musicales et, d'une manière générale, j'aime que la musique "raconte" quelque chose. Pas forcément une narration redondante, mais plutôt une sorte de chorégraphie sonore. J'associe à chaque passage littéraire à mettre en musique une proposition musicale qui rende compte à la fois de la narration, de la dramaturgie et de l'émotion de la scène. Mon envie profonde est de prendre l'auditeur par la main et de lui raconter une histoire.

- Ce récit de Cervantès revient régulièrement dans votre catalogue, vous semblez être touché par la profondeur de ce héros malheureux ?

E.P. : Oui , cette histoire de héros ordinaire marginal et incompris me fascine. Je ne m'identifie pas du tout à Quichotte,  mais son destin tragi-comique a quelque chose de touchant. Il est capable de transformer l'ordinaire en épopée, ça c'est un véritable don ! Et puis quoi de plus beau que la quête de l'amour idéal !...

- Quels furent les avantages ou les difficultés à écrire pour un Quintette de cuivres ?

E.P. : Dans une partition à 5 voix il y a toujours un intrus, et en même temps tout n'est pas possible. Donc j'ai appréhendé la question en pensant petit orchestre et timbres plutôt que 5 parties. Tout était donc possible. la complexité était ailleurs : comment donner des possibilités d'expressions théâtrales à 5 personnages qui ont tout le temps un instrument devant le visage ? Le quintette Alliance à fait un travail formidable avec le metteur en scène Didier Bernard pour trouver comment le corps pouvait "parler" tout en jouant d'un instrument à vent.

- R.Strauss dans sa vision de l'histoire de Cervantès n'a pas cité un seul thème espagnol (ou presque...), est-il possible d'échapper à toute référence sonore hispanique ?

E.P. : Sur cette problématique voilà comment je procède.  Je commence par énormément m'imprégner de l'histoire en essayant d'imaginer des décors, des odeurs et des saveurs. Ensuite j'écoute de la musique liée à l'époque ou au lieu et puis j'oublie tout et me laisse porter par ma propre vison du récit. De temps en temps les références remontent à la surface, et à d'autres moments je m'invente une Espagne. Mon travail ne doit pas être un tourniquet de cartes postales ou un catalogue de genre. Je propose simplement mon regard sur l'histoire. J'aime l'idée de rendre universelles des émotions toutes simples.

A DECOUVRIR SUR INTERNET :

le dernière parution CD pour Etienne PERRUCHONTCHIKIDAN (label Naïve)



pochette tchikidan




F.D.