Ce site nécessite JavaScript. Merci d'en autoriser l'exécution.
Please enable JavaScript in order to use this web site.
Pour revenir à la newslettre, cliquez ici
L’ESPRIT DE FAMILLE

SOUFFLE SUR LES TUBISTES A TOURS



Stéphane Balzeau, professeur de tuba au Conservatoire de Tours, a initié en 2007 un rendez-vous organisé en biennale autour  d’un concours d’interprétation en soliste à Tours.

s balzeau et jeunes tubistes
     Stéphane Balzeau, (à droite) et quelques jeunes candidats sur les 177 présents à Tours
(Photo Michel Maupuis)

La sixième édition du Concours s’est déroulée en janvier et à rapporté un vif succès avec la venue de 177 candidats jouant le saxhorn, l’euphonium ou le tuba. Stéphane Balzeau a construit ces rencontres comme un légo. Le cœur de l’organisation reposant sur une équipe très restreinte, Stéphane et son épouse Valérie, prudent, il a su prendre le temps et avancer par étapes.

La première édition en 2007, rassembla 57 jeunes français. La deuxième s’ouvrit à la catégorie dite « Prestige Saxhorn Euphonium » dédiée aux grands élèves des CNSM ou détenteurs d’un prix. Puis en 2011, les tubistes sont appelés à concourir dans la catégorie « Prestige Tuba ». En 2015, les catégories « Prestige » s’ouvrent à l’International et la catégorie « Jazz » est créée.

Le succès de cette sympathique initiative repose sur cet esprit de famille qui souffle depuis une vingtaine d’année chez les tubistes, petits et gros instruments.

Stéphane Balzeau a su fédérer cette famille autour d’un projet altruiste où celui qui brille est bien le candidat, petit de la catégorie premier cycle à l’euphonium ou instrumentiste confirmé en Prestige.

Pour une meilleure compréhension, la compétition reprend le déroulé d’un cursus par cycles d’école de musique et même la mention DEM, s’inspirant du diplôme d’études musicales délivré par les conservatoires classés. C’est donc 114 candidats qui se sont confrontés du premier cycle ou DEM et 63 concurrents dans les catégories Prestiges, 42 Euphoniums/Saxhorns et 21 Tubistes.

Stéphane Balzeau nous précise que seule une petite dizaine de saxhornistes était présents en raison du fait que de plus en plus les jeunes débutent à l’euphonium et qu’il est difficile pour les fabricants de proposer un saxhorn d’étude à un prix attractif.
Reste que le saxhorn était bien représenté par la présence de Philippe Frisch qui en introduction du Concert de l’ensemble Saxhornia présenta le nouveau saxhorn Courtois.

Les amis artistes et enseignants des établissements supérieurs français et étrangers étaient quasiment tous présents à Tours, membres du jury comme Kim Namho, Sergio Finca pour les catégories Tuba ou pour la catégorie Saxhorn Euphonium, David Thornton et Josep Burguera Riera.

concours tuba tours
Arnaud Boukhitine a composé Mini huit pour le concert des membres du jury à l’Hôtel de ville de Tours.
(Photo Michel Maupuis)

Concrétisant cet esprit de famille autour du tuba. On pouvait noter la présence d’élèves  de Nuno Machado, professeur à Porto, de Sergio Finca du quintette espagnol Luur Metal, et de nombreux collègues étrangers comme Ollivier Hass venus de Belgique. Une réalité qui s’est concrétisée par la présence de nombreux candidats étrangers représentants 17 pays, dont des belges, un russe, un américain, italiens, coréens, portugais, finlandais, allemands, espagnols, luxembourgeois, tchèques…

Elephant Tuba Horde emmené par François Thuillier  (Photo Michel Maupuis)
elephant tuba horde
Une édition vraiment internationale.
Si les membres du jury avaient sélectionné des pièces déjà éditées dont « Balkan » de François Thuillier aux Éditions Robert Martin, l’une des orientations du concours est bien celle d’élargir le répertoire.

Cette année encore ce sont une dizaine de compositions originales qui ont été créées dans le cadre du concours. Notamment celle de Xavier Catta, Sonate « Appassionata », « Tours et Détours » pour tuba et piano de Thierry Thibault, Mudanzas de Jérémie Dufour pour Tuba et ensemble à cordes ou Lambonium 235 pour Euphonium et ensemble à cordes de Vincent Pages. Ou encore, celles de Nadège Chalange, Gilles Martin, Sébastien Rabiller et Gabriel Philippot qui ont contribué au renouveau du répertoire.

Une autre prescription très intéressante de ce concours qui s’appuie sur l’esprit de famille mais en évitant l’entre-soi. Offrir aux cuivres graves la possibilité d’être accompagné non pas d’un brass band, ni d’une harmonie desquels le plus souvent ils sont issus mais de leur proposer l’écrin des cordes pour faire ressortir les subtilités des nuances et sonorités du saxhorn, de l’euphonium ou du tuba.
D’ailleurs pour le concert de Prestige programmé pour la clôture du 13ème Festival des cuivres, partenaire du Concours, à Chambray-lès-Tours, c’est un tout jeune orchestre symphonique tourangeau Cartésixte dirigé par Simon Proust qui fournit l’écrin à Stéphane Labeyrie pour l’interprétation du concerto pour tuba de Vaughan Williams.

Stéphane Labeyrie, tuba solo de l’orchestre de Paris nous confia qu’il avait rarement l’occasion de jouer en soliste avec Orchestre symphonique et qu’il félicitait les organisateurs du concours d’associer les tubistes aux cordes. Et cela est réciproque, car après le concert et les épreuves du concours auxquels les cordes de Cartésiste ont participé, les jeunes violonistes, altistes ou encore violoncellistes s’épanchaient en compliments pour l’euphonium et le tuba, instruments découverts en soliste.


stéphane labeyrie
Stéphane Labeyrie et l'Orchestre symphonique Cartésixte
(photo Michel Maupuis)

La catégorie Jazz

Réservée aux ensembles de jazz qui intègre un tubiste soliste et improvisateur.
Un seul ensemble s’est inscrit, NUBU composé de cinq étudiants du CNSMD de Lyon qui ont impressionné l’un des membres du jury, le tubiste François Thuillier.  « Ils m’ont carrément scotchés par leur inventivité et l’instrumentation dont est composé ce groupe hors normes. »

Nahash Urban Brass Unit, NUBU mêle tubas, euphonium, serpent, bugle, flugabone, percussions et la voix. NUBU navigue de la mélodie renaissance aux musiques actuelles, en passant par le Jazz, avec un répertoire riche d’un large panel d'influences, créant un univers musical unique et surprenant.
Nubu rassemble Guillaume Lys : Percussions, Gabriel Lacombe: Tuba Basse, Nicolas Hohmann: Euphonium, Victor Auffray: Flugabone, voix, arrangements Elisabeth Coxall: Serpent, bugle, voix, arrangements. A découvrir.

Le palmarès
Le jury composé de François Thuillier, Anthony Caillet et Jean-Baptiste Réault a attribué à NUBU les deux prix offerts dans la catégorie Jazz.

Catégorie Prestige Tuba
Premier Prix Florian Wielgosik, tubiste de l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo.
Finalistes Kim Takahiro (deuxième prix) et Sébastien Perez (troisième prix)

lauréat tuba et euphonium

Florian Wielgosik et Lilian Meurin, les vainqueurs des catégories Prestiges
(Photo Michel Maupuis)

Catégorie Prestige Saxhorn/Euphonium
Premier Prix Lilian Meurin, étudiant au Conservatoire national supérieur de Paris.
Finalistes Hélène Escriva, Deuxième prix – étudiante au CNSM, France, Rodin Rosendahl (troisième prix) Hollande, Clément Roger (France), Mauro Martins (Portugal).

euphonium et cordes
Lilian Meurin et l'Orchestre à cordes dirigé par Simon Proust
(Photo Michel Maupuis)

1er cycle :
1. Pablo Maximilien
2. Justin Nogues
3. Eliette Martellière
Prix coup de coeur : Elsa Bourcier et Charly Hamard
2ème cycle :
1. Aurianne Boisse
2. Rafael Alves Frade
3. Ulysse Thirault
Prix coup de cœur : Naoki Medous et Youna Zilberberg
3ème cyle :
1. Camille Gaulon
2. Nicolas Cardot
3. Yani Arhab
Prix coup de cœur : Damien Galy
DEM Saxhorn Euphonium :
1. Mathieu Baude
2. Timothée Vinour
3. Olivia Bernabo
DEM Tuba :
1. Léo Cheverney
2. Fanny Meteier
3. Valentin Chabot
Prix coup de cœur : Côme Boutella

Stéphane Balzeau se tourne déjà vers l’édition prévue en janvier 2019. Il souhaite stabiliser les catégories et poursuivre l’ouverture vers le Jazz. Il ne doute pas que dans deux ans, des groupes à l’instar de NUBU se seront formés et viendront à Tours proposer leur répertoire.  
On pense également après le Serpent mettre l’Ophicléide à l’honneur en 2019.

Stéphane est confiant sur la dynamique porté par cette grande et sympathique famille des cuivres graves sans laquelle cette rencontre rien ne serait possible. L’important pour les organisateurs étant de répartir au plus juste les subventions et soutiens financiers recueillis pour les lauréats. Le poste de dépenses en Prix et cadeaux pour les finalistes étant le plus conséquent grâce au bénévolat accepté par tous les membres des jurys.
Le concours est soutenu par la présence effective à Tours des fabricants comme le Groupe Buffet, Yamaha, Miraphone, Adams, Willson, Jérôme Wiss.

http://concourstubatours.com

Y.R.