Ce site nécessite JavaScript. Merci d'en autoriser l'exécution.
Please enable JavaScript in order to use this web site.
Pour revenir à la newslettre, cliquez ici
Un enregistrement inédit de Maurice André

Performance de Jean-Michel Defaye
Partagez cet article :




cd m a 1
A l’image des plus grandes stars, sérail auquel il appartenait, Maurice André a droit à la sortie post mortem d’un de ses enregistrements inédits datant de 1978. La pièce porte bien son titre « Performance » écrite pour son créateur une dizaine d’années auparavant par Jean-Michel Defaye.
L’enregistrement de cette pièce pour trompette solo et grande formation orchestrale, à l’époque autofinancé par Maurice André et Jean-Michel Defaye, sommeillait depuis des lustres. D’abord édité aux Éditions Leduc, la partition en version trompette et piano, à l’époque considérée comme injouable, sauf bien entendu pour Maurice André, n’aurait jamais été demandée...

C’est à l’initiative de Maurice Cevrero, tromboniste et directeur des Éditions Symphony Land, que l’ont doit cette résurrection. Il a su en convaincre les managers de Warner Classics qui depuis 2013 font revivre le label Erato, maison de disques française fondée en 1953 qui disparut en 2001.

Qui mieux placé qu’Erato, label fétiche de Maurice André,
pour nous le faire revivre trompettistiquement !


C’est en effet, la très jeune maison de disques française Erato qui dès juin 1953 fit appel à de jeunes talents quasiment inconnus, comme Jean-François Paillard et son ensemble à cordes, l’organiste Marie-Claire Alain et le très jeune Maurice André, encore élève du conservatoire de Paris pour les grandes retrouvailles après des siècles de silence avec la musique baroque.
Suivront une série de succès discographiques pendant une trentaine d'années.

Sous le label Erato Story, Warner Classics présente en 2015 une série de CD d’enregistrements d’anthologie. Toute une histoire musicale.

En exemple, vient de paraître en mai les 6 concertos Brandebourgeois, reprises des enregistrements réalisés en 1962 avec l’orchestre Jean-François Paillard et les illustres solistes dont Jean-Pierre Rampal, Pierre Pierlot, Maurice André…
Beaucoup de mélomanes instrumentistes qui ont suivi la carrière exemplaire de Maurice André connaissent parfaitement ses interprétations des grandes œuvres baroques et classiques comme les concertos de Haydn et Hummel. Certains ignorent l'apport essentiel de Maurice André pour la musique de son temps.
Jean-Michel Defaye nous explique la genèse de Performance hors norme - présentation du CD :
Avec  Maurice André, nous avons travaillé ensemble à partir des années 1955 ou 56. J’avoue que j’avais été conquis par les dons exceptionnels de ce trompettiste, aussi bien par sa musicalité que par sa formidable technique. Quant à la tessiture de l’instrument, il y avait rajouté facilement une octave dans l’aigu ! À cette époque-là, j’avais songé à lui écrire un concerto un peu « spécial », mais je suis parti au service militaire en 1957, pour quelques 28 mois, et mon projet a donc été mis de côté. À mon retour d’Algérie, j’ai été accaparé par les maisons de disques, comme arrangeur, et, de son côté, Maurice était très pris par ses concerts de trompette et orgue, et par ses concerts avec orchestre à l’étranger. Malgré nos occupations respectives, j’ai décidé, vers 1969, d’extraire de l’oubli mon fameux projet. Maurice, entre temps, avait été nommé Professeur au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Je me suis donc rendu un beau matin à sa classe de trompette au CNSM, rue de Madrid à Paris, pour lui faire part de mon projet. L’idée de ce concerto « hors norme » l’a enthousiasmé, et je l’entends encore me dire : « Vas-y, attaque ! ». Je l’ai donc pris au mot, et ai commencé à écrire cette pièce montrant toutes les possibilités extrêmes de cet instrument. J’ai composé cette « Performance » d’une manière tout à fait particulière : écrivant d’abord toute la partie de trompette, sans m’occuper du « substratum », réalisant progressivement que j’accumulais les difficultés, pensant seulement aux séances d’enregistrement et que, peut-être, cela pourrait devenir très difficile à réaliser en concert. Dès que je terminais une séquence, je me rendais à sa classe, afin de lui montrer la partition, pour savoir si tout ce que j’écrivais était possible ! Tout semblait lui convenir, et au fil des semaines, je suis passé enfin au stade final : c’est en l’orchestrant que l’œuvre a pris corps.

Ma composition terminée, je demandais régulièrement à Maurice quand il envisageait de l’enregistrer. Il me répondait qu’il lui fallait un peu de temps, afin de bien la travailler. Peut-être un an plus tard, Maurice s’est manifesté soudainement… On lui avait proposé deux réalisations de disques chez Erato (les Trompettissimo !). Il m’a donc proposé de faire tous les arrangements « classique / jazz » très dans l’air du temps de l’époque, pour trompette, piccolo, orgue et rythmique, m’obligeant à puiser dans Bach, Vivaldi, Corelli et bien d’autres ! Nous avons enchainé chez Barclay avec un autre disque incluant le célèbre « Canari », la « Danse du feu », avec de nouveaux arrangements. Quant à ma Performance, nous l’avions progressivement oubliée, à telle enseigne que je n’osais plus lui en parler !

Un beau jour de l’année 1978, Maurice me téléphone : « Je suis enfin prêt ! Commande un studio et les musiciens, je voudrais enregistrer ta Performance ! ». J’ai commandé les musiciens les plus performants de l’époque, retenu cet excellent Studio Barclay (avenue Hoche) avec son merveilleux ingénieur du son Gerhard Lehner. Tout s’est passé comme dans un rêve avec le Studio, avec Maurice et ses musiciens.

Aujourd’hui, je suis tellement heureux de rendre hommage à ce très grand trompettiste, à cet immense artiste qu’était Maurice André. Je suis surtout satisfait que cette œuvre soit enfin offerte à son public, à ses admirateurs, car Maurice considérait cette Performance comme la plus grande réussite phonographique de sa fabuleuse carrière.

Jean-Michel Defaye

D’autres g
randes œuvres pour cuivres complètent ce nouveau CD Erato, FLASHES et KALÉIDOSCOPE de Jean-Michel Defaye et FANFARES POUR TOUS LES TEMPS et CEREMONIAL de Georges Delerue interprétés par Maurice André et l’Octuor de Cuivres de Paris dans les années 1970.
cd m a 2
L’Octuor de cuivres de Paris
Trompettes: Pierre Pollin, Yves Coueffé, Jean Pirot, Roger Jeanmarie, Bernard Soustrot, Jean-Paul Leroy
Trombones: Alain Manfrin, Jacky Fourquet, Michel Becquet, Pierre Girard, Guy Destanque, Claude Durand
Tuba: Léopold Desmeulles

Nous formulons le vœu que les jeunes talentueux trompettistes qui ont profité de l’apport artistique et technique de Maurice André qui a repoussé les limites de cet instrument  feront découvrir en concert cette Performance si longtemps attendue. En version trompette et piano, ou originale avec orchestre symphonique éditées par
Symphony Land et distribuées par les Éditions Robert Martin..

Erato Story - Warner Classics

Performance - Partitions Symphony Land

Y.R.