Ce site nécessite JavaScript. Merci d'en autoriser l'exécution.
Please enable JavaScript in order to use this web site.
Pour revenir à la newslettre, cliquez ici
Le violoncelle des tranchées

En caisse de munitions



Concert-Spectacle en mémoire
                   du violoncelliste Maurice Maréchal


marechal violoncelleEn août 1914, le jeune et prometteur violoncelliste Maurice Maréchal est mobilisé. Il a 22 ans.

Il quitte ses tournées de concerts pour les affectations au front : le Chemin des Dames, Neuville-Saint-Vaast, Haudremont, les Éparges, Verdun. Il assiste notamment, le 22 septembre 1914, à la destruction de la cathédrale de Reims.
Comme beaucoup de ses camarades musiciens, il sera brancardier mais n’échappera pas à la bataille de Verdun en 1916.

Maurice Maréchal lit des partitions, prend des cours de compositions avec Gustave Cloëz, quand ils se trouvent dans le même secteur. Début 1915, il loue un instrument et fait de la musique de chambre en trio, assure les offices religieux, joue pour les officiers.


Mais la vie de poilu ne souffre pas de « trimballer » un volumineux et fragile instrument comme le violoncelle. Il faut alors user du système D. Et en 1915, deux camarades menuisiers dans le civil, Plicque et Neyen, lui fabriquent un instrument à partir de bois de caisse de munitions allemandes et de morceaux de porte en chêne. Le 29 juin 1915, il étrenne son nouveau violoncelle qui devient célèbre sous le nom de « Poilu ». Cet instrument pour avoir souvent été joué devant l’État-major porte les signatures de Mangin, Joffre, Gouraud, Pétain. Le 21 février Maurice Maréchal reçoit la Croix de guerre, et le 22 un ordre de transfert au QG de la 5e division où l’attendent le violoniste Lucien Durosoir, Henri Magne, André Caplet et Henri Lemoine… Il manque un violoncelliste pour l’orchestre de Mangin. Ils joueront ensemble sporadiquement au gré du service et des combats. Lorsque le régiment se déplaçait pour aller au front, l’instrument voyageait dans le fourgon de ravitaillement, au-dessus des boîtes de conserve.
guerre_durosoir08
Henri Magne, Lucien Durosoir, Maurice Maréchal et Henri Lemoine

Le 6 juillet 1918, il est évacué pour faiblesse générale vers l’hôpital de Dijon est ensuite démobilisé avec son violoncelle de fortune. Ce violoncelle « le Poilu » survivra à ses luthiers Plicque et Neyen, morts au combat.

Maurice Maréchal, ancien élève du Conservatoire de Paris de novembre 1905 à 1911, reprend sa carrière de concertiste. Il créé notamment la Sonate pour violon et violoncelle de Ravel, l'Épiphanie de Caplet, les concertos de Honegger et de Milhaud.
f2.item.highres
Maurice Maréchal et Arthur Honegger

En 1942, Maurice Maréchal est nommé professeur au Conservatoire de Paris jusqu’en 1963. Il décède le 19 avril 1964.
Durant les années de guerre de 1914 à 1918, Maurice Maréchal témoigne sur 9 carnets de petit format et livre à la rédaction ses réflexions. Dans ces carnets, il se parle à lui-même et il leur livre des confidences sur ses amours et ses ruptures, sur son vice, le jeu, qui lui coûte cher et qu’il se promet de surmonter (31 décembre 1914) pour entrer dans l’année nouvelle « pur comme on doit entrer au séjour éternel ».

Ses neuf carnets, rassemblés avec des lettres de Lucien Durosoir, sont parus en 2005 dans un ouvrage intitulé Deux musiciens dans la Grande Guerre, éd. Tallandier.

Le violoncelle « le
de-la-guerre-a-la-paix poilu » désormais injouable et trop fragile pour être restauré se trouve aujourd’hui au musée du conservatoire. A la demande de la violoncelliste Emmanuelle Bertrand une réplique à l’identique a été faite par le luthier Jean-Louis Prochasson jouée pour la première fois à la Cité de la Musique à Paris le 10 avril 2011 avec un concert lecture intitulé Le violoncelle de guerre, Maurice Maréchal et le Poilu.
Le violoncelle de
guerre, Maurice Maréchal et le Poilu, spectacle musical conçu par Emmanuelle Bertrand assistée des comédiens Didier Sandre et Christophe Malavoy (lui-même violoncelliste amateur) est labellisé par la Mission Centenaire.

France Télévisions a produit le film documentaire Le violoncelle des tranchées de Christian Leblé.



http://www.emmanuelle-bertrand.com/fr/

Y.R.