Ce site nécessite JavaScript. Merci d'en autoriser l'exécution.
Please enable JavaScript in order to use this web site.
Pour revenir à la newslettre, cliquez ici
Folle Journée de Montpellier

Cachez ce Chœur que je ne saurais voir…



choeur montpellierEn 2012, imaginons un instant qu’un metteur en scène, responsable d’orchestre et d’un opéra National décrète que le Chœur professionnel du Théâtre est trop laid et vieux pour chanter et incarner sur scène le peuple dans l’opéra « les Noces de Figaro » de Mozart. Il faut donc le cacher pendant les représentations dans la fosse d’orchestre. L’entendre peut-être mais certainement pas le voir, surtout les dames.

Ces «vieilles, moches et grosses»  sont donc remplacées sur scène par de jolis éphèbes se dandinant sur scène, bougeant les lèvres tel un play-back.

Rappelons que Mozart et son librettiste Lorenzo da Ponte se sont inspirés du texte du Mariage de Figaro de Beaumarchais. Cette comédie dénonce les privilèges archaïques de la noblesse, comme l’un des signes avant-coureurs de la Révolution française et porte également le nom de Folle Journée.
Les privilèges que semblent s’être octroyés le nouveau surintendant de l’Orchestre et de l’Opéra de Montpellier, Jean-Paul Scarpitta, qui a remplacé l’inamovible René Koering, sont eux aussi remis en cause. La fronde gronde dans les rangs des musiciens, choristes, des techniciens et même du public.
Au point qu’en juin une représentation des « Noces » a été annulée en raison d’un mouvement de grève des salariés. Une motion de défiance avait été votée le 7 juin à plus de 82% des voix contre la gouvernance du directeur général de l'OONM, auquel il est reproché notamment par les syndicats d'entretenir un malaise social.
En début d’année 2012, Un rapport d’inspection du ministère de la Culture avait mis en évidence des dysfonctionnements. S’appuyant sur un rapport antérieur de la chambre régionale des comptes, les inspecteurs du ministère de la Culture recommandent un changement de statut, actuellement associatif, pour que l’opéra et l’orchestre deviennent un Epic (établissement public de coopération culturelle à vocation industrielle et commerciale).
Ne peut-on pas faire évoluer les formations artistiques sans insulter les personnes ?
Les personnels de l'Opéra et de l'Orchestre National de Montpellier Languedoc Roussillon propose la signature d’une pétition en ligne.
http://www.petitionenligne.fr/petition/malaise-a-l-opera-et-orchestre-de-montpellier/2682
Y.R.