Ce site nécessite JavaScript. Merci d'en autoriser l'exécution.
Please enable JavaScript in order to use this web site.
Pour revenir à la newslettre, cliquez ici
Le Mariachi pour l’éternité

UNESCO



En novembre 2011, l’UNESCO inscrivait sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, Le Mariachi, musique du Mexique pour cordes, chant et trompette.
miguel martinezLe trompettiste et compositeur Miguel Martínez, l’un des patriarches encore en vie, est satisfait. Lui qui il y a quelques années dénonçait le manque de soutien des autorités Mexicaines à soutenir cette musique populaire.
Miguel Martinez fut l’un des premiers à introduire dans les années 1940 la trompette dans les groupes Mariachi. Le cornet avait fait son apparition des les années 1920 puis vers 1930 la trompette mais les musiciens jouaient dans le style des musiciens des orchestres typiques ou de bandas.
En 1941, Silvestre Vargas la star des Mariachi recherchait un trompettiste à la sonorité et une manière particulière d’articuler. Il découvrit Miguel Martinez qui avait appris la trompette avec un clarinettiste et jouait comme musicien de  rue depuis 1933 sur la Plaza Garibaldi de Mexico.
Silvestre Vargas l’auditionne à la radio mexicaine, XEW, la plus importante du pays et lui offre de se joindre au Vargas Mariachi comme seul trompettiste. Plus tard, au début des années 1950, Miguel Martinez rejoint son compatriote le trompettiste Jesús Córdoba avec le Mariachi Mexico de Pepe Villa. Il a de nouvelles idées musicales et popularise l’utilisation de deux trompettes qui reste la norme dans la musique mariachi d’aujourd'hui.
Le Mariachi est à la fois une musique traditionnelle mexicaine et un élément fondamental de la culture mexicaine. Les groupes Mariachis traditionnels portent des costumes régionaux inspirés du costume charro du cavalier et interprètent un large répertoire de chants en espagnol ou dans des langues indiennes du Mexique occidental accompagnés de violons, la vihuela et le guitarrón (guitare basse).
Son vaste répertoire inclut des chants de différentes régions, des jarabes, des menuets, des polkas, des valonas, des scottishes, des valses et des sérénades, en plus des corridos (ballades typiquement mexicaines relatant des histoires de batailles, de hauts faits et d’amour) et des chants traditionnels décrivant la vie rurale.
Le mariage des traditions musicales
La Mariachi est la synthèse des cultures croisées entre celles des Indiens Mayas et celle imposée par les conquistadors arrivés avec Hernán Cortés au Mexique en 1519. Les espagnols introduire la harpe et la vihuela. Les Indigènes, qui avaient leurs propres traditions musicales, ont rapidement maîtrisé les pratiques musicales européennes. Puis au cours de la période coloniale, avec l'importation d'un grand nombre d'esclaves noirs, la musique africaine a influencé également la musique populaire du Mexique.
Le mot Mariachi apparaît dans une lettre écrite par le prêtre Cosme Santa Anna en 1852, bien avant la présence française en 1860 envoyée par Napoléon III. C’est donc à tort que l’on assimile le mot Mariachi comme une variante du mot français mariage. Le mot Mariachi a des racines indigènes et viendrait du bois utilisé pour fabriquer la scène sur laquelle les artistes interprètes ou exécutants dansaient sur la musique des musiciens du village.

Jusque dans les années 1930, les groupes Mariachi étaient locaux et semi-professionnel. Ils étaient inconnus en dehors de leur propre région.
En 1934, le groupe Mariachi Vargas de Tecalitlán joue lors de l'intronisation du président populiste Lázaro Cárdenas. Enthousiasme, ce dernier favorisera la culture indigène du Mexique et aide les ensembles Mariachi.

Dans les années 40 et 50, le disque, le cinéma, la télévision médiatise le style Mariachi. Miguel Martinez apparaît dans des 120 films au Mexique.
Il a ouvert la voie à la pédagogie et a insisté, lui l’autodidacte, pour que les musiciens Mariachi apprennent à lire la musique.
Il est l’invité régulier de l'Université du Nouveau-Mexique pour son programme d’éducation Mariachi.

En juin 2012, du 17 au 23, Miguel Martinez, à plus de 90 ans, sera l’invité du New York City Mariachi Conservatory, pour une série de conférences ainsi que le trompettiste en vue actuellement Jose Hernandez.
nycmc
http://www.newyorkcitymariachiconservatory.com

Trio Trompettes avec Jose Hernandez.


Y.R.